.

Jean-Philippe Lesecq, Président d’AVIME, nous en dit plus sur sa société, son périmètre…

Quelques mots pour nous présenter AVIME et votre cœur de métier ?

Créée à la fin des années 80, AVIME est une société implantée dans la région lilloise. À l’origine, le fondateur et moi-même travaillions au sein des ETS NEU, une firme du Nord de la France qui a formé de nombreux ingénieurs et techniciens dans le domaine de l’aéraulique et des turbos machines. En capitalisant sur cette expérience, nous avons lancé AVIME qui intervenait essentiellement sur les machines tournantes, l’analyse vibratoire et la maintenance prédictive, notre cœur de métier historique.

Face aux besoins de nos clients, nous avons inclus un nouveau service d’équilibrage et de réparation des machines tournantes. En parallèle, nous avons continué à développer notre activité aéraulique avec des gammes de ventilateurs sur-mesure que nous fabriquons pour des clients, tels que Veolia, KPNC, ArcelorMittal, Suez, Vinci, Total, EDF.

Au fil des années, vos activités se sont internationalisées. Pouvez-vous nous en dire plus ?

En effet, en partenariat avec nos clients, nous avons été amenés à intervenir dans plusieurs zones géographiques à travers le monde : au Danemark, en Norvège, en Pologne, au Moyen-Orient, aux États-Unis ou encore à Hong Kong.

En 2016, par exemple, nous avons livré 8 soufflantes et ventilateurs industriels et fabriqués sur-mesure pour Veolia et KPNC. À travers ce projet, AVIME a pu renforcer son positionnement et mettre en avant son expertise et son savoir-faire dans ce domaine. Néanmoins, l’international ne faisait pas partie de nos objectifs stratégiques prioritaires. Le contexte économique et industriel français nous ont poussés à aller chercher des relais de croissance à l’international. Mais, notre activité de maintenance reste exclusivement française.

Aujourd’hui, nous avons de bonnes perspectives au Maroc, en Algérie, en Tunisie, au Liban, mais aussi en Pologne, en Angleterre et au Koweït. Aux côtés d’une ingénierie française, nous allons produire 19 turbines de ventilateurs pour équiper les trains dépoussiéreurs du métro de New York.

Au cours des années, nous avons pu rassembler de très belles références internationales malgré notre petite taille. Quels sont vos atouts ?

Notre forte technicité et expertise sur nos champs d’interventions nous permettent de rassurer et de convaincre nos clients. Beaucoup d’entre eux nous considèrent comme des experts et nous prennent régulièrement en référence. Nous leur apportons également tous les avantages d’une collaboration avec une PME : réactivité, agilité, personnalisation du service et de l’offre.

Qu’en est-il de vos enjeux ? Vos perspectives ?

Sur les dix dernières années, il y a eu une accélération de notre courbe de notoriété et de satisfaction de nos clients. Il faut néanmoins rester très vigilant et avoir une ambition en adéquation avec notre taille de PME. Pour nous donner les moyens de réussir, nous avons réalisé des investissements en logiciels et en équipements…

En termes de perspectives, nous avons décidé de renforcer notre présence sur le territoire national avec une antenne technique en Bretagne et dans la vallée du Rhône. Nous avons également réalisé une petite opération de croissance externe dans la région bretonne, ce qui nous a permis d’étoffer notre portefeuille client avec des enseignes telles que Lactalis, Entremont, Bongrain. Cela va nous permettre de booster notre activité de maintenance, de recruter et de décentraliser nos activités.